Les préludes à la récession

20 octobre 2023 | Sean Killin


Partager

Nous examinons trois tendances uniques qui, par le passé, ont coïncidé avec le début d’une récession et présentons une mise en contexte utile pour les investisseurs.

Les préludes à la récession

Depuis le début du resserrement de la politique monétaire des grandes banques centrales, pendant la première moitié de 2022, la probabilité d’une récession a augmenté, et l’attention a été largement portée sur certains facteurs de risque qui pourraient laisser présager une possible contraction de l’économie. Par exemple, dans sa feuille de pointage sur la récession aux États-Unis , RBC Gestion de patrimoine analyse sept indicateurs économiques avancés afin d’évaluer les risques de récession.

Alors que l’effet des hausses de taux d’intérêt commence à se faire sentir, il convient d’examiner trois autres indicateurs américains, qui témoignent habituellement des conditions qui prévalent au début d’une récession, ou peu avant. On les appelle indicateurs coïncidents de récession :

  • L’accentuation de la courbe des taux de rendement des titres du Trésor américain
  • Les pertes d’emploi sur une période de trois mois
  • La détérioration de la confiance des consommateurs

En tenant compte de ces indicateurs, les investisseurs sont mieux outillés pour gérer de façon plus tactique l’exposition aux risques au sein des portefeuilles, tout en composant avec les premières étapes de la récession.

Franchir une pente qui s’accentue

Lorsque les risques de récession commencent à augmenter, les taux de rendement à court terme montent davantage que les taux à long terme, ce qui inverse la forme de la courbe des taux des titres du Trésor. Dans le cycle actuel, cette situation a commencé à se produire en juillet 2022 et fut le premier signe annonciateur lié à la courbe des taux d’une éventuelle récession.

À mesure que l’économie ralentit et que le marché des obligations réagit à l’évolution des attentes des investisseurs quant aux conditions économiques, la courbe des taux tend à s’accentuer à nouveau et à revenir à la normale.

En fait, par le passé, la réaccentuation de la courbe des taux de rendement des titres du Trésor, d’une position inversée à une position positive, s’est révélée être l’indicateur le plus fiable du risque de récession imminente. Ce phénomène se produit habituellement un ou deux trimestres avant une récession, mais il peut se produire simultanément ou tout de suite après le début d’une récession.

Dans le cycle actuel, la courbe des taux vient tout juste de commencer à s’accentuer à nouveau, et elle se dénouera complètement lorsqu’elle dépassera la ligne du zéro, comme le montre le graphique de la page précédente. Dès lors, ce sera le deuxième signal lié à la courbe des taux de la possibilité d’une récession – encore plus imminente.

Une accentuation annonciatrice de difficultés
L’accentuation de la courbe des taux laisse entrevoir une récession imminente
Courbe des taux des obligations du Trésor américain à 10 ans

Le graphique linéaire montre la courbe des taux des obligations du Trésor américain à 10 ans et à 1 an, soit l’écart entre les taux des obligations du Trésor à 10 ans et à 1 an, mesuré en points de base (ou centièmes de pour cent). Le graphique va de janvier 1970 à septembre 2023 et comprend huit récessions aux États-Unis, qui sont représentées par des barres grises ombrées. Le graphique montre que la courbe des taux s’inverse généralement (quand le taux des obligations à 1 an devient supérieur au taux des obligations à 10 ans) environ 11 mois avant une récession, et qu’elle tend à s’accentuer et à annuler son inversion au début ou légèrement avant le début d’une récession.


Récessions aux États-Unis

Courbe des taux des obligations du Trésor américain à 10 ans (points de base)

Sources : RBC Gestion de patrimoine, Bloomberg; données mensuelles jusqu’au 30 septembre 2023

La courbe des taux peut s’accentuer de différentes façons. Ce processus s’est récemment mis en branle, les taux des obligations à long terme ayant augmenté plus rapidement que ceux des obligations à court terme, phénomène qu’on appelle l’« accentuation baissière ». Cette situation tend à témoigner du fait de la résilience du marché de l’emploi et de l’économie en général et, en fin de compte, soutient les arguments en faveur du maintien des conditions financières serrées, ou de leur resserrement.

À notre avis, cette accentuation baissière est un signe que le marché obligataire croit que la Réserve fédérale américaine maintiendra probablement les taux d’intérêt élevés pendant une période plus longue, dans un contexte de résilience généralisée de l’économie.

Si tel est le cas, les frais d’intérêts nets des entreprises augmenteront encore, ce qui exercera des pressions supplémentaires sur leurs marges bénéficiaires. Le resserrement des marges et les conditions financières restrictives assombriraient sans doute les perspectives d’emploi et les prévisions de croissance, des signes avant-coureurs de récession.

Le marché de l’emploi

Un autre signe de récession imminente apparaît lorsque les pertes d’emplois commencent à se matérialiser, plus précisément lorsque le nombre moyen sur trois mois d’emplois non agricoles aux États-Unis devient négatif.

À l’heure actuelle, le marché de l’emploi aux États-Unis demeure vigoureux, grâce au nombre toujours élevé de postes vacants, étayé par un rythme soutenu de création d’emplois. La moyenne sur trois mois est de plus de 266 000 emplois, ce qui est nettement supérieur à toute donnée négative, qui n’annoncerait rien de bon.

Il ne faut toutefois pas oublier que cet indicateur est devenu négatif très rapidement dans les cycles précédents et qu’il pourrait donc changer de direction tout aussi rapidement dans celui en cours.

Des suppressions d’emplois marquées signalent une récession imminente
Nombre d’emplois non agricoles aux États-Unis

Le graphique linéaire montre la moyenne mobile sur trois mois des emplois non agricoles aux États-Unis, un indicateur du nombre net d’emplois créés ou perdus dans l’économie américaine, mesuré en milliers d’emplois. Le graphique va de janvier 1970 à septembre 2023 et comprend huit récessions aux États-Unis, qui sont représentées par des barres grises ombrées. Le graphique montre que la moyenne mobile sur trois mois des emplois non agricoles aux États-Unis devient négative au début ou légèrement avant le début d’une récession. À l’heure actuelle, cette mesure affiche une baisse considérable par rapport à la reprise qui a suivi la pandémie, mais semble s’être stabilisée.


Récessions aux États-Unis

Nombre d’emplois non agricoles aux États-Unis (moyenne sur 3 mois)

Sources : RBC Gestion de patrimoine, Bloomberg; données mensuelles jusqu’au 30 septembre 2023

Un vote de confiance (des consommateurs)

Le troisième indicateur pouvant être annonciateur du début imminent d’une récession est lorsque l’opinion des consommateurs à l’égard de l’état actuel de l’économie se détériore considérablement par rapport à leur opinion quant aux perspectives de l’économie dans six mois.

Cet indicateur se fonde sur des sondages, et les perceptions peuvent être influencées par les émotions humaines. Néanmoins, il constitue un baromètre fiable pour mesurer l’incidence du ralentissement de la croissance, de l’affaiblissement des marchés de l’emploi et du resserrement des conditions de crédit sur l’économie réelle.

Dans le graphique ci-dessous, cet indicateur illustre l’opinion quant aux conditions économiques dans six mois (attentes) moins l’opinion quant aux conditions économiques actuelles (conditions actuelles). Au cours du cycle actuel, l’indicateur a reculé aux profonds creux qui ont généralement prévalu avant le début des récessions précédentes. Une hausse soutenue augmenterait la probabilité d’une récession.

L’horizon est-il plus dégagé?
L’avenir inspire-t-il plus confiance aux consommateurs que les conditions actuelles?
Confiance des consommateurs : Attentes moins Conditions actuelles

Le graphique linéaire montre la différence entre la confiance des consommateurs à l’égard des conditions économiques futures et à l’égard des conditions actuelles. Le graphique va de janvier 1970 à septembre 2023 et comprend huit récessions aux États-Unis, qui sont représentées par des barres grises ombrées. Le graphique montre que lorsque les consommateurs sont de plus en plus convaincus que les conditions économiques futures seront probablement meilleures que les conditions économiques actuelles, une récession est vraisemblablement imminente. Cette situation est illustrée par une remontée de la courbe après un creux.


Récessions aux États-Unis

Confiance des consommateurs : Attentes moins Conditions actuelles

Sources : RBC Gestion de patrimoine, Bloomberg; données mensuelles jusqu’au 30 septembre 2023

Tout va bien… pour le moment

Aucun de ces trois indicateurs coïncidents n’indique actuellement qu’une récession est imminente aux États-Unis. Toutefois, ils méritent d’être surveillés, car si un ou plusieurs d’entre eux sont déclenchés bientôt, ce serait un signe que les risques de récession ont considérablement augmenté et qu’un positionnement plus défensif du portefeuille serait justifié.


Ressources pour les recherches 

Déclarations exigées 

Au Québec, les services de planification financière sont fournis par RBC Gestion de patrimoine Services Financiers. qui est autorisé comme une société de services financiers dans cette province. Dans le reste du Canada, les services de planification financière sont disponibles à travers RBC Dominion valeurs mobilières.